Géolocalisation


Voir tous les artistes et expos

Mon Parcours

Geraldine Husson


- Artiste Professionnel -
157 rue Boeckin
67000 Strasbourg
Lui envoyer un e-mail

Site internet :

Autre

S e n s u e l H y b r i d e E p u r é




« Parce que la limite tend à être infranchissable, elle se fait lieu et lieu de passage entre les espaces limités »



Françoise Paul Lévy et Marion Ségaud, Anthropologie de l’espace




Nées d’une rencontre entre art et design mes réalisations interrogent les rapports aux corps, aux objets et aux espaces sans considération de frontière et ayant justement une approche de la « limite » vue comme ouverture et lieu de passage.

Art-mode-design-architecture… Composer et non catégoriser, toujours à la limite sans jamais glisser totalement dans une case.
Limite poreuse, contour flou, frontière ouverte, glissement de terrain, ligne qui sépare et réunit, lisière perméable, territoire accessible. Ne pas figer mais laisser le passage possible.

Univers d’objets hybrides, c’est-à-dire qui se situent « à l’entre-deux », c’est à cet endroit précis où différents domaines s’entrecoupent et interfèrent, que s’inscrivent mes propositions.
Les pièces réalisées : objets, vêtements, microarchitectures… Deviennent alors refuge ou encore sas l’espace d’un instant, d’une rencontre.

Si chaque étape du processus de création est importante, les objets prennent sens à partir du moment où ils sont en contact d’un lieu et d’une ou plusieurs personnes.
Les objets enfilés, les vêtements épinglés, les espaces portés… changer les codes, suggérer une nouvelle approche pour nous autoriser un autre regard.

Ces objets permettent de respirer, de contempler, d’imaginer, de circuler, de déplacer.
Repousser les limites d’un objet, d’un espace et les relations que nous entretenons avec. Cela forme selon moi un ensemble, soit un lieu de passage où l’on passe d’un état à un autre, d’une position à l’autre, d’une existence à l’autre.

Les espace-objets sont une proposition de lieu de rencontre, d’isolation, détente, réflexion, discussion ou encore d’univers - refuge à partager avec les autres ou soi-même.
Comme une sorte de bulle, un univers fécond dans lequel on vient se recharger, comme un profond soupir, bâillement ou inspiration.




Les matériaux souples utilisés permettent le mouvement, la circulation mais aussi à échanger, à déjouer et transgresser. Une structure molle, fluide, transmissible et liquide qui traduit selon moi l’idée d’état changeant, mutant, comme la subjectivité, l’émotivité, la sensualité…

Ajustable Amovible Anguleux Courbe Désobéissant Docile Fantasmagorique Flexible Malléable Mouvant Mou Plein Onduleux Onirique Vide Voluptueux…

Semblable à la division cellulaire ces objets sont en devenir, ils cherchent leur forme et leur place, passent par différentes phases, physiques et mentales jusqu’à devenir puis à être.
La matière qui transforme. L’espace, les dimensions et formes déclinées ont souvent l’aspect organique et minéral.
Le noir, le gris et le blanc sont pour l’instant les notes explorées tout en essayant d’évoquer la couleur par tempérance.

Les noirs apportent la lumière.
Les gris la subliment.
Les blancs l’irradient.

Noir de mars, de Prusse, terre de Cassel, ébène, onyx, asphalte, graphite.
Gris de mercure, perle, argent, ardoise, acier, anthracite.
Blanc ivoire, quartz, opalescent, lunaire, pur.

Par leur force, énergie, pureté, violence, sobriété, noblesse, élégance, raffinement, sensualité, ces tonalités nous absorbent.
Profond, soyeux, intense, perçant, lissé, velouté, poudré, ardent, luisant, éblouissant.

Il ne s’agit pas d’opposer le noir au blanc, contraire et complémentaire.
Je tente d’aller de l’un à l’autre en parcourant le gris et ses nuances infinies. Du blanc au noir, la lumière rejette, reflète, diffuse, propage une infinie de couleur.
En apparence sombres elles laissent apparaître la lumière et nous emporte au-delà du visible.

A la frontière entre l’intérieur et l’extérieur, qui du corps, de l’objet, de l’environnement définit l’autre, lui donne forme, agit sur lui le modèle et le transforme. L’un interagit avec l’autre, peu importe l’ordre, sans prétention de vouloir résoudre des questions du type « qui de la poule ou l’œuf… ».

Tout en essayant d’y insuffler une note poétique et apaisante, je dirais juste que mes objets et installations invitent à vivre une expérience physique, psychique et sensorielle.






G e r a l d i n e H u s s o n
w w w . g e r a l d i n e h u s s o n . c o m